Photo par Marion Leuger
Avec Delphine et bébé W.

Il y a ces odeurs, qui me sont si familières et qui me rassurent.

Il y a ce battement de coeur que j’entends, là, et que je connais par coeur.

Il y a sa voix dans mes oreilles, qui m’apporte de la contenance, qui me berce, et me rassure. Parfois, elle peut parler un peu fort quand elle s’adresse à mes ainé.e.s, mais j’y suis habitué.e depuis mes premiers mois passés dans son ventre.

Il y a cette texture, liquide et agréable, si chaude, à la saveur familière et changeante à la fois, me faisant découvrir de nouveaux goûts, adaptés à mes besoins et à mon âge. Je me rempli de cet or liquide, il me fait du bien, me rassure, apaise une partie de mon corps qui est douloureux lorsque j’ai… Faim ? C’est ça ? Mais aussi, soif ? Parfois ça coule partout, mais que j’aime ce bruit lorsque je déglutis : je me sens et m’entend me remplir !

Parfois, j’aime aussi venir m’y lover non pas parce que j’ai besoin de manger ou de boire, mais parce que j’ai besoin d’être rassuré, d’être apaisé, d’être consolé, de me sentir en sécurité en étant au plus près de toutes ces sensations que je connais par coeur, et qui passent par tous mes canaux sensoriels. Me sentant alors entier et contenu. Téter est un réflexe d’apaisement pour mon corps entier.

Ce que j’aime aussi, c’est que je change régulièrement de côté. Je ne vois pas toujours les choses du même angle, ce qui m’aide petit à petit à construire ma vision, mon repérage spatial, à faire des liens et des connexions entre un lieu que j’ai observé d’un point de vue, puis d’un autre.
Papa, mes frères et soeurs viennent parfois (souvent ?) me voir téter. C’est fort pour moi de me voir et de me sentir aimé et accepté dans leur.s regard.s aimant.s. Je ne suis pas seul.e, il y a toute une famille avec moi.

Vraiment, être au sein avec maman, entouré de ma famille, ça m’aide à me sentir en sécurité et à bien grandir…